La statue

Pour cette chanson, le riff bluesy rock du refrain est d’abord venu, à la guitare. Rythmique et dynamique, ce riff, je l’ai amalgamé avec une image qui me trottait à ce moment dans la tête, celle d’une statue qui lentement apprend à se déplacer. Métaphore d’une certaine relation à la danse! Relation conflictuelle ou le corps découvre ses craquelures, comme des engelures, lorsque mis en situation de devoir bouger de façon fluide, gracieuse.

Cette image et ce rythme énergique devraient désormais aller ensembles, s’accorder, comme une antithèse, celle d’une inertie dans le mouvement.

La mélodie du refrain (« c’est pour ça qu’on dit d’embarquer… ») allait à son tour ajouter à cette tension en se plaçant avec une certaine fluidité, une lenteur même, par dessus ce riff rythmique et prolongé. La mélodie allait instaurer un jeu, un slack, une liberté dans ce contexte métrique assuré par le riff à la guitare.

A vous de poursuivre l’analyse, en espérant que vous aller apprécier, en écoutant « la statue » sur YouTube : https://youtu.be/9nbCr43rBE4

Fred boutin https://fredboutinmusique.bandcamp.com/

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :